Bac S: il faut faire repasser l'épreuve de maths!

Publié le par JF le démocrate

C'est arrivé, comme ça a déjà pu arriver, mais c'est la première fois que ça arrive depuis que les sujets ne sont plus académiques mais nationaux. Un petit con (ou un grand con qui se fait passer pour un petit con car il est clair que vu le modus operandi il y a un grand con derrière) a publié sur internet l'énoncé de l'exercice de probabilités de l'épreuve de maths du Bac S. Un exercice sur 4 points.

 

Si la décision de L. Chatel est juste pour ce qui est de la plainte déposée auprès du procureur de la République de Paris, et dévoilera tôt ou tard l'identité de cette personne à moins qu'il ne s'agisse d'un hacker professionnel, et espérons-le de ses éventuels complices, en revanche ne pas faire repasser l'épreuve est d'une absurdité sans nom.

 

On conçoit bien la lourdeur, tant au niveau du planning que du coût, que constitue la nécessité de faire repasser à environ 165.000 élèves une épreuve de Bac. Mais c'est une absolue nécessité si l'on veut maintenir le principe d'équité devant tout examen.

 

Il y a en effet des élèves qui se "spécialisent" en probabilités, en se disant que chaque année il y a un exercice de probabilités sur 4 ou 5 points au Bac S. Pourquoi? Parce que ce qui est demandé en probabilités à ce niveau ne couvre pas un spectre très large de compétences: les exercices sont majoritairement des "grands classiques", qui reviennent sous une forme tout juste différente d'année en année. Mais les fondements restent toujours les mêmes, et les recettes de cuisine apprises sont souvent efficaces quand on est confronté à ce type d'exercice. C'est ce qu'on appelle du "bachotage", et en maths en Terminale S, c'est dans le domaine des probabilités qu'il est le plus efficace.

 

J'ai lu certains témoignages de parents d'élèves sur nos quotidiens nationaux: certains nous disent en gros "mon fils ou ma fille a passé deux heures sur cet exercice, et cet exercice ne sera pas noté". Peut-être, sans doute même qu'il y a des "fakes" parmi ces témoignages, et entre nous passer deux heures sur ce type d'exercice ne révèle aucunement un don pour les mathématiques, sachant qu'avec quelques recettes de cuisine, on peut facilement s'en tirer. D'ailleurs, les probabilités ne font toujours pas partie de l'enseignement en mathématiques prodigué en math. sup ou math. spé, et si elles sont très présentes - parce que leur connaissance pratique a beaucoup d'intérêt - en prépa HEC, c'est à un tout autre niveau de difficulté que ça se passe...

 

Mais peu importe, L. Chatel est responsable à la fois des programmes scolaires du secondaire et de la réalisation pratique des épreuves qui concernent l'enseignement secondaire. Et on ne peut pas imaginer de noter équitablement des élèves qui pour certains auront effectivement passé 2 heures sur cet exercice de probabilités, sans le prendre en compte, ne leur laissant que 2 heures pour le reste et certains autres qui auront fait cet exercice en 30 minutes... Ca, ce n'est pas possible. Ou alors l'équité n'a plus aucun sens...

 

Je suis d'ailleurs totalement en désaccord avec les propos tenus par la présidente de l'Apel: il ne faudrait pas refaire l'épreuve parce que certains ont pu réussir la première et pourraient échouer à la deuxième. Ben voyons, comme argument spécieux, voire de mauvaise foi après qui sait peut-être un coup de fil du ministère, on peut quand même trouver mieux...

 

Mais en revanche, je suis totalement en accord avec l'association des profs de maths qui eux voudraient que cette épreuve soit repassée.

 

Au-delà, on peut s'interroger sur la condition de secret qui devrait être une règle absolue dans ce type d'examen. Je ne sais pas qui a lâché ce truc dans la nature, et j'espère que l'enquête en cours permettra d'identifier le ou les responsables. Mais ce que je sais, c'est qu'un sujet d'épreuve qui concerne 165.000 jeunes devrait être protégé tel un secret-défense. Jusqu'à l'ouverture 5 minutes avant le commencement de l'épreuve d'enveloppes plastifiées, qui ne peuvent être ouvertes sans laisser de terribles marques d'encre indélébile (ce sont celles qui sont utilisées pour le transfert de documents classifiés). Les sujets doivent par ailleurs être enfermés dans des coffres avant tout envoi - envoi effectué par des personnes dignes de confiance -, et la plus petite minorité possible de personnes doit être au courant de leur contenu. A ce titre l'imprimeur retenu doit être d'une fiabilité sans faille.

 

A t-on respecté ces règles héritées de la Défense Nationale, ou y a t-il eu simplification manifeste du processus du fait de la volonté de réduire les coûts à tout prix? Ou alors est-ce une personne de haut niveau, qui à dessein inconnu ce jour, a voulu "foutre la merde"? Ce sera à l'enquête judiciaire de déterminer le ou les coupables.

 

Mais en attendant, ne pas faire repasser l'épreuve est une idiotie monumentale.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 18/07/2012 22:29


Blog(fermaton.over-blog.com),No-3.- MAISON.-  La Foi ! c'est mathématiques.

Clovis Simard 18/07/2012 22:28


Blog(fermaton.over-blog.com),No-3.- MAISON.-  La Foi ! c'est mathématiques.

JF le démocrate 28/06/2011 23:13



Nota: pour ceux qui veulent visualiser d'autres commentaires, puisque je n'en ai plus beaucoup sur ce blog... Voir mon billet sur le site lesdémocrates.fr.


 



JF le démocrate 27/06/2011 00:04



@ Craz


Si vous voulez ne pas être censuré (j'ai longtemps hésité et puis finalement j'ai restauré votre commentaire après l'avoir effacé) et pouvoir faire valoir un point de vue sur ce blog, commencez:


- par respecter le vouvoiement: c'est la plus élémentaire des marques de politesse quand on ne connaît pas autrui,


- par être moins agressif dans vos propos,


- par lire le billet sur lequel vous voulez réagir, parce que c'est la moindre des choses si vous voulez être crédible,


- par respecter un minimum la langue française.


On ne vous a pas appris tout ça? C'est bien dommage.



Craz 26/06/2011 22:19



J'ai pas pris la peine de lire ton article, et je me demande bien qui tu es pour nous dire a nous eleves de terminal S