Charlie Hebdo en question

Publié le par JF le démocrate

C'est au moment où on les attend le moins que  les journalistes de Charlie Hebdo font irruption. Avec leurs nouvelles caricatures de Mahomet, je me suis demandé s'il y avait un directeur de rédaction dans l'avion. Il s'appelle Charb paraît-il et entre des assertions telles que "c'est la liberté d'expression, on ne risque rien sur le plan juridique" (entendu sur BFM TV), il faut reconnaître que ce bonhomme me fait un peu peur dans ce qu'il compte faire, probablement pour la simple publicité de son journal.

 

Car la liberté d'expression, Charlie Hebdo n'y semble pas forcément attachée: quand on la négocie, c'est qu'elle ne représente pas grand chose pour soi sur le fond.

 

Et pourtant, Charlie Hebdo se justifie bien en annonçant qu'il n'y a pas de caricature de Mahomet en Une, mais seulement en pages intérieures. Charb va même jusqu'à indiquer que le but de la manoeuvre est de se moquer du film sur Mahomet qui a mis le feu aux poudres dans de nombreuses communautés musulmanes (toujours entendu sur BFM TV). On croit rêver sur les bonnes intentions affichées de ceux qui ont plus probablement vu l'opportunité de faire des ventes supplémentaires.

 

Effectivement, si demain il y a des morts en France, on ne pourra pas en accuser Charlie Hebdo: car couvert par la liberté d'expression. Il faudra juste continuer à financer une protection policière pour ce ####### médiatique.

 

Pourtant liberté d'expression n'exonère pas du devoir de responsabilté. Il doit y avoir une dimension psychologique dans la liberté d'expression, qui soit dépasse totalement Charlie Hebdo, soit les indiffère, si le but est juste comme je le pense de doper les ventes de leur torchon.

 

En attendant, je n'irai pas pleurer sur le sort de Charlie Hebdo, si par malheur leurs locaux venaient à être incendiés comme ils l'ont été en 2011. Ou même si pire... A force de jeter de l'eau sur les braises, sur les braises d'une situation internationale plus ou moins non sous contrôle aujourd'hui, ils ne savent visiblement pas ce qu'ils font. Mais en cas de dérapage, il va falloir qu'ils assument, au moins devant notre jugement moral.

 

Il est peut-être temps en ce pays de faire voter une loi qui condamnerait "l'appel à la haine d'une religion".

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mirabelle 24/09/2012 09:51


Justement JF, il faut croire en l'évolution ... on parle bien ici d'un combat dépassé !

JF le démocrate 24/09/2012 00:51


@ Mirabelle: quand on regarde l'Histoire, elle n'est faite que de guerres de religion ou plus simplement ethniques. L'absolu que l'on pourrait souhaiter intellectuellement - à condition toutefois
que cela mène à une situation "viable", ce qui n'est pas prouvé aujourd'hui -, à savoir gommer l'influence de toute religion, n'est sans doute pas encore à notre portée... Dans ces conditions, je
crois qu'il faut savoir composer avec. Dans le respect et sans compromission, mais surtout pas dans la haine.

Mirabelle 23/09/2012 23:24


JF, on s'en tape, c'est parler pour ne rien dire ... tu crois ou tu crois pas... tout est dans la foi, le reste on s'en fout ! les religions, c'est encore un truc pour attenter aux libertés,
merde quoi, qu'on nous laisse respirer !

Martine 21/09/2012 21:36


@Hervé,


Le Paradem est mort, inspirez expirez  .

Hervé Torchet 21/09/2012 15:19


Charile Hebdo a publié les caricatures danoises de Mahomet, une pure provocation islamophobe, du temps de Val, où les dessinateurs actuels du journal y sévissaient déjà. Donc l'empressement
actuel de cette feuille est suspect. Par ailleurs, son avocat est Richard Malka, qui défendait Cleartream dans le procès contre Villepin. Je trouve cette publication opportuniste très suspecte
décidément, comme si on cherchait, de toutes parts, à lever l'opinion française contre les musulmans et à accréditer l'idée du choc des civilisations. Donc bien entendu, on a le droit d'écrire
n'imlporte quoi n'importe quand, la liberté de la presse n'est pas divisible, et, comme disait Beaumarchais, "sans la liberté de blâmer, il n'est poiont d'éloge flatteur, et il n'y a que les
petits hommes qui craignent les petits écrits". Mais on a le droit aussi de flanquer des coups de pieds au cul de ceux qui veulent jeter le monde dans une guerre de religions, fussent-ils Charlie
Hebdo.