Droite extrême, Centre ou Gauche

Publié le par JF le démocrate

Ce qu'il y a de bien avec cette élection présidentielle, c'est que les positionnements des uns et des autres changent continuellement. Comme si les valeurs n'existaient pas dans notre pays.

 

Et à ce jeu des valeurs, soyons clairs il n'y a que 2 candidats qui se seront montrés constants durant ces dernières années: F. Bayrou et M. Le Pen.

 

L'un est resté constamment au centre de l'échiquier politique, ni trop à droite, ni trop à gauche, un équilibre vous le conviendrez qu'il était difficile de tenir, tant tous voulaient le voir pencher soit à droite soit à gauche, afin - bipolarisation oblige - de le ranger dans une catégorie compatible de l'éternel combat droite contre gauche. Et pourtant, avec son MoDem de 2007, Bayrou tient au Centre depuis 5 ans et il tient bon. On lui a reproché de discuter avec des gens de centre-gauche à une certaine époque, on a même voulu le catégoriser à gauche; c'est assez ironique car aujourd'hui ça en arrangerait beaucoup qu'il s'affiche de droite.

 

L'autre est restée constante aussi: à l'extrême-droite, autant le préciser non fascisante de mon point de vue, montrant du doigt à la manière de son père les immigrés, les fraudeurs sociaux, prônant un protectionnisme absurde, essayant continuellement de cliver: bref, à l'image du père mais sans les excès verbaux du père.

 

En revanche, ailleurs que s'est-il passé?

 

- JL. Mélenchon est passé à l'extrême gauche alors qu'il est au resté au PS jusqu'en 2008? Le vide à l'extrême gauche plus les capacités d'orateur de JL. Mélenchon, ça laisse un créneau politique à prendre, ... notamment depuis que notre facteur national est en retraite. Les convictions profondes de Mélenchon, ça en revanche, c'est peut-être toute autre chose, c'est même un grand mystère.

 

- F. Hollande a courageusement signé le projet socialiste, très à gauche, élaboré par le PS. Il l'a signé pour mieux s'en défaire petit-à-petit. Et plus s'approche le premier tour de la présidentielle, plus il s'en défait. C'est normal, contrairement à une M. Aubry (celle qui avait signé un vrai accord de gauche avec EELV, un accord de placements aussi), F. Hollande veut rassembler large mais en allant du centre-gauche à la gauche "modérée", c'est à dire ni celle qui nous impose un diktat quant à la sortie du nucléaire au plus vite, sans même savoir ce qu'on met à la place, ni celle qui pense qu'il est bon de mener la révolution prolétarienne en France (je caricature à peine). Je l'ai déjà écrit, s'il est élu, son principal problème sera de résister à certaines baronnies PS bien ancrées.

 

- N. Sarkozy est quant à lui un gymnaste de très haut niveau: il y a en effet très peu d'hommes qui sont capables de faire le grand écart facial. On s'interroge aujourd'hui sur les performances sportives de J. Longo, on pourrait aussi se demander comment notre actuel et pour encore un peu plus de 2 mois Président a pu réussir à plaider pour une vraie rupture de droite par rapport à J. Chirac en 2007, pour ensuite faire un semblant de gouvernement d'union nationale, prenant brutalement un virage à gauche, pour ensuite revenir à ses fondamentaux (exit l'ouverture) et pour enfin, depuis son dernier entretien au Figaro Magazine, lancer sa campagne de réélection sur des valeurs très proches de celles du Front National.

 

Un seul homme et tout cela en 5 ans: eh bien moi je dis chapeau! Passer ainsi de la droite modérée à une droite plus radicale quand il était encore sous les ordres de Chirac, au Centre toute une fois élu, avant de revenir à droite en cours de quinquennat et se présenter sous des valeurs proches du Front National dans sa future campagne, il n'y a pas à dire, un marionnettiste ou un illusionniste n'aurait pas fait mieux...

 

Le seul problème, c'est que dans ce mélange peu goûtu qui consiste à passer du coq à l'âne en un quart de tour, on peut se demander quelles sont les vraies valeurs de N. Sarkozy. Il y en a une qui je crois n'aura échappé à personne: la conquête et la conservation du pouvoir. Pour les autres, c'est plus difficile à dire, car finalement, ça dépend un peu des semaines et ça dépend surtout de ce qui se passe ailleurs. Bref, les valeurs de N. Sarkozy sont très difficiles à définir dans l'absolu, on sait juste qu'elles sont parfaitement en adéquation avec le rapport des forces politiques en présence et avec son désir inassoiffé de pouvoir...

 

Pour ceux qui s'interrogent, c'est inutile d'aller chercher une quelconque charte des valeurs de UMP. Il y a eu une charte originelle, et autant vous en donner l'adresse. De mémoire, elle était assez humaniste et prônait le rassemblement. Vous remarquerez qu'elle a disparu du site de l'UMP. En lieu et place aujourd'hui, vous trouverez ça, c'est à dire quasiment rien. Ben oui, à l'UMP on reconstruit tout à la va-vite, d'où cette charte des valeurs en seulement 3 points, et on risque de devoir reconstruire tous les jours dès lors que le candidat Sarkozy sera véritablement rentré en campagne (je plains les responsables web). Car les valeurs pour Sarkozy, ce n'est pas quelque chose qui est figé dans le marbre et qu'on met à jour quand c'est nécessaire, c'est au contraire une déclaration de "bonnes intentions" qui peut varier du jour au lendemain suivant les sondages.

 

Alors, comme je sens que certains vont bientôt hurler contre le fait que Bayrou, dans une compétition électorale très rude, tente aujourd'hui de rallier aux valeurs du Mouvement Démocrate tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans des valeurs subitement devenues de "droite dure", je tiens à rappeler ceci: les valeurs humanistes de Bayrou n'ont pas varié d'un iota depuis 2007 et elles correspondent à ce que F. Bayrou prônait déjà bien avant 2007. Laissons certains moulins à vent tourner, si au moins Sarkozy et ses sbires étaient une éolienne ils produiraient de l'électricité plutôt que de la division et du grand n'importe quoi.

Publié dans Mouvement Démocrate

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JF le démocrate 13/02/2012 22:31


@ Oups


Je crois que nous serons d'accord sur les changements de forme opérés par Marine Le Pen au FN, sans pour autant en changer le fond.


Pour ce qui est de F. Bayrou, que vous dire? Je peux juste vous inviter à constater sa constance depuis la création du MoDem, et même depuis sa prise d'indépendance vis-à-vis de l'UMP lorsque
l'UDF existait encore. Les idées n'ont pas changé suivant l'ère du temps, et surtout les valeurs n'ont pas changé. Qu'on le veuille ou non, F. Bayrou est sûrement, avec M. Le Pen je le répète, le
plus constant parmi les leaders politiques de notre pays.

Oups 13/02/2012 08:17


Je ne suis pas tout a fait d'accord avec vous : Marine Le Pen a quand même beaucoup changé son discours par rapport a celui de son père. Elle essaie de changer le visage du front, camoufle les
membres les plus radicaux, et adopte une posture que n'avait pas Jean-Marie. Bref, elle essaie de faire moins peur, mais n'en reste pas moins dangereuse sur le fond.


Quant à Bayrou, j'ai un problème avec lui. Je ne lui fait pas confiance ! J'ai du mal à expliquer pourquoi, mais c'est comme ça. Surement à cause de son histoire politique. Pour moi, il a beau
tenter de se démarquer des courants traditionnels (droite/gauche), tels le preu chevalier blanc (orange), en essayant une posture centriste et rassembleuse, je n'y crois pas.