Hollande vient de "casser" un style et c'est tant mieux

Publié le par JF le démocrate

Comme beaucoup, j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt le débat de ce soir entre F. Hollande et JF. Copé. Pour tout vous avouer, je l'ai suivi de façon anxieuse, en me demandant qui arrivera à contrer ce rhétoricien qui ne peut s'empêcher de parler continuellement, de chercher des failles dans lesquelles s'engouffrer outrancièrement, de harceler continuellement son adversaire.

 

JF. Copé est un authentique Sarkoboy, sans aucun doute le meilleur, dans la mesure où il a mis son intelligence supérieure - reconnaissons-le - au service de la facilité, c'est à dire la volonté de destruction verbale systématique de ses adversaires.

 

Il piaffait d'impatience d'ailleurs; lorsque malmené il y a quelques jours par A. Pulvar (qui reconnaissons-le avait elle totalement perdu son débat, débat dans lequel elle n'avait pas sa place d'ailleurs), n'avait-il pas affirmé que F. Hollande refusait de débattre avec lui?

 

Tant d'arrogance inutile, tant d'intelligence sacrifiée sur le simple autel des joutes de gladiateurs. Des joutes de gladiateurs qui ne servent à rien à notre pays, qui au contraire le desservent, car elles masquent le vrai combat politique, celui qui devrait se mener au niveau des idées et non pas sur les compétences de la rhétorique et du parler vite.

 

F. Bayrou avait en son temps échoué face à ce monstre du harcèlement verbal. C'est peut-être pour cette raison que N. Sarkozy a choisi personnellement JF. Copé comme dernier atout majeur à mettre en face de Hollande. Notre actuel PR a décidé de mettre celui qui lui ressemble le plus au niveau du style face à F. Hollande ce soir.

 

Et le poulain a totalement échoué.

 

Agressif, tel un roquet qui mordille continuellement les chevilles, refusant de laisser parler son adversaire, JF. Copé nous a donné ce soir l'image d'un homme totalement dépassé, et surtout d'un style qui n'est plus imbattable mais qui apparaît désormais comme également dépassé. Désormais, quand on n'a pas d'arguments, on ne pourra plus se réfugier derrière la rhétorique et le harcèlement verbal. Ce qui a fonctionné pendant des années ne fonctionne pas face à F. Hollande.

 

Et là, très sincèrement, même si je soutiens toujours F. Bayrou, je tiens à dire un grand merci à F. Hollande.

 

F. Hollande a fait "un truc" ce soir: il a détruit un style qui n'est pas seulement celui de Sarkozy et de Copé, mais qui a été aussi largement copié par plein d'autres, notamment au niveau des entreprises. Combien de managers ont pu s'inspirer du style Sarkozy / Copé?! Combien de managers ont pu harceler verbalement - en parlant vite - des salariés tout en cherchant la faille dans laquelle s'engoufrer avec comme but ultime l'humiliation? Combien, je vous le demande. J'ai moi-même par le passé été victime et bourreau de ce genre de méthodes. J'ai été convaincu comme tant d'autres, que cette méthode était la meilleure pour "exploser" verbalement la personne qui se trouve en face de vous.

 

On parle vite, on harcèle, on cherche la faille et une fois la faille trouvée on s'y engoufre, on l'élargit avec un et un seul but: tuer celui qui est en face.

 

Hollande vient de nous montrer face à un des plus grands "artistes" en la matière (un artiste qui se croyait invincible d'ailleurs), que cette méthode pouvait être contrée. Par de la vivacité, de la fermeté et une certaine forme de dérision. Enfin la recette est trouvée, le mythe de l'invincibilité est mort. Et ce remède fera sans doute des émules.

 

En ce sens, le débat Hollande-Copé - et surtout son résultat - dépasse largement le cadre des élections présidentielles. Il est juste synonyme du début de la fin d'un style verbal qui s'était imposé comme modèle de communication "haut de gamme". Je vous le prédis, il y aura un avant et un après à ce débat Hollande-Copé. Et c'est tant mieux, parce que désormais, les arguments prendront peut-être plus de place dans les discussions.

Publié dans Paysage politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article