La campagne la plus sale de ces 30 dernières années

Publié le par JF le démocrate

Ce n'est pas moi qui l'ai dit, c'est P. Moscovici tout à l'heure, en accusant en outre N. Sarkozy d'en être le chef d'orchestre.

 

Effectivement, cette campagne présidentielle est sale, très sale, dégoutante même, clairement décourageante. Il ne faudra pas se plaindre de l'abstention qui risque d'être massive.

 

Qu'on vote pour Pierre, Paul ou Jacques, le principal c'est qu'on vote. Or, tout dans cette campagne nous encourage à ne pas voter. Et c'est bien cela le plus triste.

 

Il y a d'un côté ces fâmeuses affaires qui sortent ou qui ressortent jour après jour, qu'elles concernent l'UMP ou le PS (aujourd'hui Veolia versus DSK / Carlton en attendant la suite).

 

Il y a un N. Dupont-Aignan, qui revendique haut et fort de descendre encore un niveau plus bas dans le caniveau.

 

Il y a un esprit général à cacher sa copie, car celle-ci sera automatiquement copiée par le voisin.

 

Il y a dans les médias une propension incroyable à vouloir faire croire que la bipolarisation gauche-droite est juste incontournable.

 

Il y a fuite des citoyens devant ce maelstroëm où les dés sont pipés, et il ne faut pas s'en étonner.

 

Les idées sont perdantes. Que l'on soit pour ou contre F. Bayrou ou E. Joly, il faut reconnaître que ces deux-là ont quand même des idées pour notre pays, une fois encore, qu'on soit d'accord ou non avec ces idées. Lundi soir, la nouvelle émission politique de TF1, intitulée parole de candidat, a fait un bide total. Loin derrière une série TV américaine comme Cold Case, et derrière Top Chef.

 

La différence entre Parole de candidat, Cold Case et Top Chef? Le spectacle. Nous sommes pleinement dans la société du spectacle. Pas celui façon L. Ferrari où l'on invite des Français dits "normaux", pour certains exaspérants au possible tant ils sont là soit pour faire une performance télévisuelle soit pour défendre le "tout pour ma gueule" révélateur de l'individualisme français. Sans compter la lenteur de l'émission. Quand on veut créer une espèce de mini-série de questions au gouvernement, telle que l'a voulue L. Ferrari ou l'ont voulu les producteurs de l'émission, avec pour "députés" des personnalités civiles qui ne sont pas foutues de poser des questions concrètes sans avoir lu auparavant une page complète de texte, quand on n'a pas l'autorité d'un B. Accoyer, il ne faut pas s'étonner de faire un bide...

 

Dans cette nouvelle émission, clairement on s'emmerde. On s'emmerde à écouter les plaidoyers de Français dits représentatifs, plaidoyers parfois hors du temps tel celui de cette retraitée qui ne voulait pas lâcher la parole et qui voudrait qu'on lui donne tout financièrement. Il faudrait définitivement expliquer à cette brave dame qu'on ne peut pas offrir "tout", que notre pays est en état de faillite du fait de "conneries" accumulées depuis 30 ans, et que celui qui promettra tout est un menteur. Car visiblement, elle n'est pas au courant et ce qui est grave, c'est que personne ne l'a apparemment mise au courant.

 

Je regrette personnellement que F. Bayrou ait accepté de tester en premier ce nouveau type d'émission: soyons clairs, j'ai trouvé sa prestation médiocre. J'ai également trouvé que le format de l'émission n'était pas adapté à notre Béarnais, lui qui aime tant exposer ses idées globales pour la France et son redressement, plutôt que de répondre au bureau des pleurs de particuliers. Bayrou veut devenir Président de la République, pas assistante sociale. Comment expliquer à cette dame qu'il va falloir en baver pendant au minimum deux ou trois ans, alors qu'elle - avec beaucoup d'agressivité - veut tout et tout de suite?

 

Quand Bayrou dit "je n'ai pas de baguette magique", c'est effectivement qu'il n'y en a pas, et une fois encore ceux qui voudraient faire croire qu'elle existe seront tôt ou tard pris en flagrant délit de mensonge.

 

A l'opposé dans Cold Case, il y a des (anciens) meurtres et il y a du suspense. Dans Top chef, on voit des cuisinières ou des cuisiniers s'activer devant leurs fourneaux. C'est ça qu'on demande aujourd'hui: pouvoir regarder Top Chef tranquillement et qu'un candidat miracle, une espèce de Sauveur, un nouveau prophète nous apporte la réponse adéquate au: "j'ai mes problèmes, et je voterai pour celui qui les réglera tous".

 

On demande aussi du sport. Ainsi, je suis prêt à parier que le débat (incertain, ce qui maintient le suspense) de demain soir sur France Télévision, que dis-je le combat de catch prévu sur France Télévision entre M. Le Pen et JL. Mélenchon fera un carton. A défaut de vouloir et peut-être même de pouvoir réfléchir, tellement on leur a lavé le cerveau depuis de nombreuses années, nos concitoyens demandent à voir du sang... Les combats de gladiateurs, voilà ce qu'il nous faut pour nous défouler collectivement.

 

Pour ceux qui voudraient revoir l'émission de lundi (du moins la partie consacrée à F. Bayrou), voici un lien.

Publié dans Paysage politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe 10/03/2012 21:06


La politique est à la hauteur de ceux qui la pratique.... Je crois que la société civile est plus simple

Françoise Boulanger 25/02/2012 06:22


Tu voulais du spectacle, JF ?!! MLP et JLM nous l'ont donné ! Sur ce point ils ne nous ont pas déçus... Mieux que "confessions intimes" ou le match de catch.


Aujourd'hui je vais essayer de suivre le 4ème forum en direct. Peut-être aurons-nous de très bonnes surprises parmi les intervenants. En tout cas il ne faudra pas rater le discours de clôture à
partir de 14 h !

Oups 24/02/2012 10:17


@JF : J'ai regardé un peu Bayrou, en somnolant de temps en temps. Comme vous le dites, il n'a pas été bon; nin sur la forme, ni sur le fond. Je préfère que ce soit vous qui le disiez, car venant
de moi ça n'aurait pas été très objectif...(vous savez que je ne l'aime pas). :)

JF le démocrate 23/02/2012 23:57


@ Mirabelle


L'insulte n'a jamais grandi le débat public. Elle se pratique évidemment couramment dans les conversations privées. Ne me dis pas que NDA n'a pas exploité la mise en ligne par G. Dahan de la
conversation téléphonique incriminée pour faire le buzz...


Aujourd'hui, c'est E. Joly qui dit "je l'emmerde" à propos de C. Lepage. Jusqu'où va t-on aller dans cette escalade?


 


@ Martine


Vous n'avez rien manqué ce soir...

Martine 23/02/2012 10:55


Je n'ai pas pu suivre cette émission, mais l'association de ces deux candidats sentait très fort la planche à savon...


Pour la campagne caniveau et les affaires (celles dont on parle celles que l'on oublie), suis entièrement d'accord avec vous, j'avoue saturer.


Votre conclusion me parait très avisée, une émission que je vais zapper.