Le "problème" Borloo

Publié le par JF le démocrate

JL. Borloo, bien au-delà des remèdes qu'il pourrait proposer pour redresser notre pays (j'attends toujours de voir), est aujourd'hui avant tout un gigantesque casse-tête politique. D'ailleurs, il l'a toujours été. Parfois se présentant comme purement "indépendant", parfois de sensibilité plutôt de gauche, parfois dans des gouvernements UMP, briguant même il y a quelques mois de cela la place de Premier Ministre, sous le Président sans doute le plus à droite que la Vème République ait connu. Bref, JL. Borloo semble être un véritable caméléon de la politique. Un être insaisissable, une authentique girouette qui sait parfaitement se placer dans le sens du vent.

 

Et pourtant, ils sont nombreux tous ceux qui ont voulu - ou qui veulent encore - se placer dans le sens du vent. Mais je crois qu'à cet exercice infiniment délicat, JL. Borloo est incontestablement notre champion national. S'il y avait des jeux olympiques en ce domaine, peut-être même que nous aurions de fortes chances de décrocher une médaille. Car JL. Borloo semble être un authentique orfèvre en la matière, peut-être à l'image de son toujours ami et ex-client, B. Tapie. B. Tapie, vous savez, le type qui est soit de gauche soit de droite, suivant que ça l'arrange personnellement ou non...

 

D'ailleurs, puisqu'on parle de Tapie et de Borloo, autant rendre à César ce qui lui appartient. Autant rendre à Borloo (voire à T. Breton, qui sait?), lors de son passage éclair à Bercy en 2007 l'initiative d'avoir enclenché la procédure d'arbitrage dans l'affaire Tapie, une procédure que C. Lagarde n'a ensuite fait que suivre... Et C. Lagarde a bien raison de rappeler que la procédure était déjà enclenchée lors de son arrivée à Bercy, sans quoi à ce rythme de non-dits on finirait par croire que la mère intellectuelle des 35 heures s'appelle... M. Aubry! Alors que chacun sait que le véritable initiateur des 35 heures, même s'il n'est pas responsable de son application, s'appelle DSK...

 

Autant, il peut paraître naturel de voir qu'un J. Chirac, "vieilli, fatigué" comme le disait dangereusement et plutôt inconsciemment L. Jospin en 2002, puisse aujourd'hui avoir des troubles de la mémoire, autant il peut paraître surnaturel que des personnalités politiques plus jeunes en aient également. Et à moins d'un Alzheimer précoce, il semblerait que JL. Borloo ait aujourd'hui totalement oublié le rôle qu'il a pu jouer dans l'affaire Tapie. Peut-être même que cruellement atteint par cette terrible maladie, il en a tout simplement oublié même le nom de "Tapie". Qui sait?

 

En attendant, JL. Borloo pose d'énormes problèmes politiques aujourd'hui. A N. Sarkozy, bien sûr, puisqu'ayant fait partie de son gouvernement durant plus de 4 ans, n'ayant déserté qu'après qu'un caprice lui ait été refusé, notre homme est aujourd'hui plutôt catalogué de "droite". Ce qui est assez normal quand on a dit amen à quasiment tout sous l'ère Sarkozy, ce qui est aussi un peu le cas d'un H. Morin d'ailleurs. Ces prises d'indépendance plus que tardives ne font pas honneur à nos politiques. Certains, type Kouchner, sont définitivement "cuits", d'autres tels que JL. Borloo espèrent encore, après avoir "bouffé" du maroquin élyzéen, renaître sous des auspices politiques plus proches de ce que nos concitoyens vont voter en 2012.

 

Dès lors, s'il y a rejet de Sarkozy dans l'opinion publique, s'il n'y a même pas le maroquin suprême de Premier Ministre à la clé, autant se séparer (pas bons amis) et préparer la suite... Le créneau à gauche étant pris, il reste le Centre après tout... Bayrou ne fait pas des étincelles (pour le moment du moins) dans les sondages, alors autant viser le Centre!

 

Et comme par hasard, c'est le Centre que vise JL. Borloo, ou plus exactement le centre-droit. Prendre un maximum de voix à Sarkozy, en prendre à Bayrou, voire en prendre quelques-unes au centre-gauche. Pour les convictions ou parce que c'est le bon créneau marketing tout simplement? Comme disait Karl Zéro, "méfiez-vous des contrefaçons".

Publié dans Paysage politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JF le démocrate 12/09/2011 22:58



Françoise, pour tout te dire, je n'avais jamais fait le rapprochement... Mais maintenant à chaque fois que Borloo ou Mélenchon parlera, je me demanderai si c'est Borloo ou Mélenchon qui parle!



Françoise Boulanger 09/09/2011 08:14



Outre son opportunisme trop flagrant, Borloo a un autre gros handicap et il ne le sait pas encore : il a la même voix que... Mélenchon ! Passe deux vidéos des deux loustics à la suite,
JF, et ferme les yeux, tu comprendras tout de suite.