Dimanche 11 mars 7 11 /03 /Mars 02:21

Je crois personnellement au bon sens populaire, mais je ne saurais réfuter la célèbre expression du Général de Gaulle. Cela fait d'ailleurs des années que je me demande si le suffrage universel direct est la meilleure façon d'élire un Président de la République en France, ou si un suffrage indirect, un peu à l'image de ce qui se fait aux Etats-Unis ou plus simplement aux Sénatoriales en France ne serait pas préférable pour départager le bon grain du mauvais.

 

Entendons-nous bien tout d'abord, je ne m'exprime pas spécialement dans ce billet en tant que soutien de F. Bayrou, qui ne décolle pas dans les sondages même si de mon point de vue il est celui qui est le plus à même de redresser notre pays, c'est en tant que simple citoyen que j'écris ces quelques lignes que certains trouveront désabusées, d'autres probablement irresponsables voire insultantes.

 

Je l'ai déjà écrit, nous assistons à la campagne présidentielle la plus sale de ces trente dernières années, et cette campagne est devenue d'autant plus sale depuis que N. Sarkozy a annoncé officiellement sa candidature.

 

Ce qui me surprend par dessus-tout, ce sont les sondages. Le bilan de N. Sarkozy est calamiteux sur quasiment tous les plans, notre PR hyper-réactif n'ayant jamais su faire preuve de vision à long terme (c'est le problème en général des hyper-réactifs qui papillonnent dans tous les sens et ratent au final tout ce qu'ils entreprennent, même s'ils savent briller dans l'instant présent). Ce bilan est calamiteux, et pourtant le principal adversaire de N. Sarkozy, F. Hollande, n'est donné vainqueur que dans une fourchette comprise entre 55-45 et 58-42. Confortable me direz-vous, mais vu le rejet engendré par N. Sarkozy, ces chiffres sont-ils normaux?

 

C'est plutôt à du 80-20 qu'on devrait logiquement s'attendre. L'UMP qui soutient N. Sarkozy, même si ça se fait de plus en plus avec des grincements de dents, aurait déjà dû exploser depuis longtemps, tiraillée comme elle peut l'être entre les afficionados des apéros "saucisson-pinard" - bien plus proches, voire pour certains plus à l'extrême droite que le FN -, et des modérés de centre-droit. Comment cet attelage improbable peut-il tenir, et comment encore 25% de nos concitoyens peuvent-ils envisager de voter le 22 avril prochain pour N. Sarkozy? Ceci défie le bon sens pour moi. Je comprends bien comment par l'autorité, la brutalité probablement aussi, N. Sarkozy réussit à maintenir un semblant de cohésion au sein d'une UMP qui ressemble de plus en plus à une mixture totalement indigeste. Mais je ne comprends pas comment par rapport à 2007, il ait pu baisser aussi peu dans les intentions de vote, même si la conjoncture actuelle ne lui est pas favorable soyons clairs.

 

Si le marché électoral était aussi efficient qu'un marché boursier, N. Sarkozy n'aurait même pas pu présenter sa candidature car l'action N. Sarkozy ne côte plus rien... Ce n'est pas pour autant que l'UMP toute entière ne côte plus rien, des personnalités comme Fillon ou Juppé ayant réussi à conserver une certaine popularité. En ce sens, la candidature de N. Sarkozy est une imposture au sein même de la droite, une imposture imposée puisque j'imagine bien que Fillon ou Juppé ne se seraient pas fait prier trop longtemps pour prendre la place.

 

Alors, qui sont ces 25% de Français qui comptent voter pour N. Sarkozy le 22 avril prochain, et qui deviendront éventuellement au moins 45% le 6 mai prochain? Sont-ils des veaux, des cons? C'est là que je pourrais devenir désagréable, alors âmes sensibles, passez à autre chose s'il vous plait.

 

En 2007, N. Sarkozy a gagné l'élection présidentielle grâce au vote des retraités. C'est un peu un tabou en France que de dire ça d'ailleurs. Mais si N. Sarkozy a gagné en 2007, c'est parce qu'il a obtenu à peu près 75% des votes des plus de 65 ans. Dans toutes les autres catégories d'âge, il était soit à égalité, soit devancé par S. Royal. C'est un vote anxiogène qu'il y a eu, notre PR actuel ayant parfaitement su jouer les pompiers-pyromanes vis-à-vis d'une tranche de population qui a peur, parfois à juste titre d'ailleurs: peur de l'insécurité, de la perte d'identité nationale dans notre pays, peur des autres tout simplement. Déjà en 2007 il avait promis de remettre ces jeunes "fainéants" au travail, jouant continuellement sur les clivages inter-générationnels, sur les clivages entre classes populaires et classes moyennes aussi. C'est à une gigantesque manipulation nationale que nous avons eu droit en 2007, menée de main de maître il faut bien le reconnaître, tout comme F. Mitterrand en un autre temps avait su admirablement manipuler la jeunesse. Un Président de la République qui se faisait appeler "tonton", vous trouvez ça normal vous?! Personnellement, j'en ai toujours été écoeuré et jamais je n'ai voté, même si j'étais jeune à l'époque, pour F. Mitterrand. Je n'oublierai jamais en particulier que F. Mitterrand est l'homme qui à des fins purement électoralistes a su admirablement, avec l'aide de quelques esprits bien attentionnés en apparence, faire monter le Front National de quasiment rien à un niveau supérieur à 10%.

 

L'époque n'est plus la même, et aujourd'hui, les jeunes ne s'intéressent pas ou plus à la politique dans leur grande majorité. On les a écoeurés. Ce sont les "vieux" qui votent. Point n'est question pour moi de faire du racisme anti-vieux, d'ailleurs je ne suis moi-même plus si jeune qu'avant et j'ai la chance d'avoir encore mes deux parents. Je suis de toute façon pour une France appaisée qui ne clive pas et pour tout avouer ce sont les clivages dangereux, irresponsables et créés artificiellement par N. Sarkozy en 2007 qui m'ont poussé à m'engager à mon très modeste niveau en politique. La manipulation "Mitterrand" m'avait heurté en 1988 notamment, la manipulation "Sarkozy" m'a achevé en 2007.

 

Et en 2012, on est en train de remettre ça! Bientôt l'entrée des "pipoles"! On a déjà eu droit à Y. Noah côté Hollande, demain on aura droit au moins à G. Depardieu côté Sarkozy. D'autres suivront, à gauche comme à droite. Ils font désormais partie intégrante du décor, tout comme les footballeurs que F. Hollande a volontairement fait rentrer dans le débat public de cette gigantesque manipulation nationale que constitue une élection présidentielle au suffrage universel direct.

 

Autant le dire clairement, les gens du showbizz qui s'immiscent en politique, les footballeurs qui s'immiscent en politique, personnellement je les emmerde.

 

Ce n'est pas un G. Depardieu, un Y. Noah ou un footballeur du PSG qui va influencer mon vote. Mais si on fait appel à ces gens-là, ce n'est certainement pas au nom des idées, ni surtout inutilement. C'est parce qu'ils ont une influence sur certains "jeunes" ou "vieux". C'est parce qu'on veut manipuler les "veaux" du Général de Gaulle à défaut de faire valoir des idées. Ce système est dégueulasse, pourri jusqu'à la moelle. Et pourtant il perdure. Entre "vedettes" et clivages, on ne s'en sort plus lorsqu'il y a des présidentielles en France: on est dans la manipulation d'opinion la plus totale.

 

Ce n'est pas une insulte je crois de dire qu'il y a dans notre pays certaines personnes qui sont plus facilement manipulables que d'autres. Et que c'est ignoble de jouer sur cet état de fait à des fins politiques, que ça concerne des jeunes (parfois des lycéens mineurs), des moins jeunes en état de détresse sociale, ou des plus vieux voire des très très vieux dont on a quasiment plus qu'à mettre à leur place le bulletin de vote dans l'enveloppe. Je le redis, ces méthodes hélas ancestrales, sont purement dégueulasses et font le discrédit de notre système électoral, notamment quand ces manipulations se fond à un niveau national.

 

Je vote pour F. Bayrou parce qu'il n'essaye pas de manipuler les gens. Il leur dit la vérité, rien de plus. Il n'essaye pas de cliver non plus, loin de là. Sa force au niveau des idées, c'est de vouloir justement être élu sur ses idées, sur ses projets et non pas sur la base de manipulations de bas-étage orchestrées nationalement. Cause perdue hélas dans notre monde actuel.

 

Pourtant, tout n'est pas blanc et il y a quand même des choses qui me dérangent dans la campagne de F. Bayrou, autant être sincère. Quand je reçois des mails de l'équipe de campagne de F. Bayrou, m'inclinant à envoyer à tout mon carnet d'adresses la bonne parole par exemple. Ces mails, je les fous systématiquement à la poubelle, et je n'y donne évidemment aucune suite concrète. Je ne vais pas aller "emmerder" mes amis ou mes connaissances avec des spams, simplement pour faire plaisir à F. Bayrou! Je veux bien tracter dans des boites aux lettres, sur des marchés, ce que j'ai déjà fait. Mais harceler mes amis, ou pire des relations professionnelles avec du prosélythisme politique, non merci. Mes amis qui ne se sentent pas de mes idées politiques ont droit à la paix et au respect de leurs idées. Ceux que depuis 5 ans je n'ai pas su convaincre lors de discussions parfois à bâtons rompus, ont droit à ce que je les laisse tranquilles. Mais, rassurez-vous, je crois que j'ai réussi à en convaincre pas mal en 5 ans, sans que cela soit une obsession, mais toujours en respectant les idées d'autrui. Les autres peuvent lire ce blog s'ils le souhaitent, ce n'est pas une page de pub qui s'ouvre en plein milieu d'un bon film. Venir lire mon blog, que ce soit pour apprécier mes propos ou les dénigrer est forcément un acte volontaire. Ce sont les limites, humaines, que je me suis fixé à mon engagement politique. Et je suis fier de ces limites.

 

Droite et Gauche se sont engouffrées depuis je ne sais combien d'années dans la manipulation de grande échelle, espérant récupérer pour leur compte les votes des "veaux" du Général de Gaulle. C'est un problème démocratique extrêmement grave, auquel il faudra un jour trouver un remède. Le premier qui me vient à l'esprit serait de revenir à un suffrage universel indirect pour l'élection du Président de la République, parce que lorsqu'on élit quelqu'un de proximité, dans un processus forcément beaucoup plus long qu'une campagne éclair qui dure 6 semaines, on est quand même moins soumis à manipulation que lors de ces grandes messes nationales qui se succèdent et ingèrent d'ailleurs de plus en plus d'argent qui, outre les financements étatiques légaux, provient de dons défiscalisés à hauteur de 66%. Hier, c'était le Bourget pour Hollande et ses 40.000 fans. Aujourd'hui, c'est Villepinte pour Sarkozy avec ses 70.000 participants annoncés. Tout ça, c'est vous, c'est nous, c'est l'Etat qui paye. Faute de bon sens qui ne se met pas en place tout seul, faute d'esprit de responsabilité, il faudrait revenir à des principes plus sains: à la fois pour nos finances publiques, et surtout pour garantir le libre arbitre de chacun. Telle est ma conviction en tout cas.

Par JF le démocrate - Publié dans : Témoignages personnels
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

L'esprit démocrate

marianne03.jpg

Profil

  • JF le démocrate
  • Militant au Mouvement Démocrate (MoDem)

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés