Olivier Henno appelle au boycott des stations Total

Publié le par JF le démocrate

Cela fait longtemps que je vous parle (ici ou ) de la Raffinerie des Flandres située dans la zone industrielle de Dunkerque, dont la fermeture sonnera le glas d'un peu plus de 800 emplois dans une zone déjà fortement sinistrée par le chômage. A ce jour, malgré des mobilisations tous azimuts, la direction du groupe Total a décidé, sur demande du gouvernement, de reporter sa décision après les régionales. Ce n'est donc que le 29 mars prochain que les 370 salariés de la raffinerie des Flandres seront définitivement fixés sur leur avenir.

On peut légitimement s'interroger sur les raisons qui ont poussé le gouvernement à demander à la direction du groupe Total de repousser sa décision après les Régionales. Est-ce pour cacher qu'il est totalement impuissant devant une telle décision? Dans ces conditions, l'actuel Président du Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais, le socialiste D. Percheron serait bien naïf de croire qu'un lobbying au plus haut niveau politique (voir débat présenté ici) constituerait une voie pour sortir de cette crise.

Au MoDem, on n'a pas décidé de baisser les bras, on n'a pas envie d'attendre l'après-Régionales, on n'accepte pas ce qui sera présenté in fine comme une fatalité.

Ainsi O. Henno, tête de liste du MoDem dans le Nord Pas-de-Calais, a annoncé qu'il appelait au boycott des Stations Total jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée dans la zone industrielle de Dunkerque.



Un tel appel au boycott est une décision difficile à prendre, soyons-en assurés. Car le MoDem, ce n'est pas le NPA, ce n'est pas un parti politique qui appelle à la destruction du capitalisme et à la révolution prolétarienne...

Lancer un boycott vis-à-vis d'une entreprise revient à nuire économiquement à cette entreprise sur le court terme. Aussi cette "arme ultime" doit-elle être utilisée avec discernement et parcimonie. Il serait par exemple absurde d'appeler au boycott des produits d'une entreprise en difficulté, car cela risquerait de la détruire définitivement. Mais avec Total, nous ne sommes pas dans ce cas de figure. Nous sommes plus précisément dans l'excès inverse: celui du capitalisme financier sans morale aucune.

On le sait tous, les activités industrielles liées aux énergie fossiles sont condamnées sur le moyen / long terme. Mais on peut attendre d'un groupe qui possède des moyens financiers aussi considérables que ceux de Total, qu'il ne laisse pas derrière lui un champ de ruines. Les grandes entreprises qui ont fait des bénéfices aussi colossaux que Total ces dernières années ont une responsabilité sociale et environnementale, même si ce n'est guère du goût de leurs actionnaires.

Si nécessaire, Total, qui se revendique d'investir dans les Energies Renouvelables, est en capacité de transformer la Raffinerie des Flandres en quelque chose de plus pérenne, apte à maintenir l'emploi dans la région.

Certaines concessions ont déjà été faites par la direction de Total, alors que les premières rumeurs indiquaient qu'elle envisageait de transformer la Raffinerie des Flandres en simple dépôt de carburant, la solution la moins onéreuse... Mais ces concessions sont encore bien trop faibles, visant aujourd'hui à maintenir l'emploi de 2/3 des salariés de la Raffinerie des Flandres, sans se soucier du sort des 450 emplois menacés chez ses sous-traitants.

Dans ces conditions, point n'est question d'attendre l'après-Régionales tel que le souhaite le gouvernement: il faut agir dès à présent et aboutir à une solution viable dans l'intérêt de toutes les parties avant le 14 mars. En ce sens, je suis pleinement en accord avec la position affichée par O. Henno, la seule capable d'influer sur le scénario catastrophe qui se prépare: boycottons-donc les stations Total jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée.

Publié dans Nord Pas-de-Calais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> Si ça te dit...<br /> http://lescriptorium.wordpress.com/2010/02/20/poussieres-de-blogs/<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Je suis bien d'accord. Total ne doit pas reigner sur le monde comme microsoft. Y en a marre des profits sans limites. total doit assumer ce qu'elle a fait dans le nord.<br /> <br /> <br />
Répondre