Politique et médias: si ça continue, faudra que ça cesse

Publié le par JF le démocrate

Je reste intimement convaincu que la TV demeure et demeurera pour encore un temps certain le média le plus important, le plus à même de toucher les foules. En bien ou en mal.

Alors que notre Président de la République est en en train d'entamer son "show" sur ce qui pourrait à juste titre être considérée comme "sa" chaîne de télévision, TF1, dont le premier actionnaire (M. Bouygues) est un ami de longue date, alors que l'on s'apprête - une grande première - à voir un PR interviewé par un JP. Pernaut (ne laissez surtout pas les enfants devant le téléviseur, risque de propos violents oblige...), on est plus que jamais en droit de se demander quel est le devenir de l'information et du débat politique en France.

Quelle que soit l'opinion qu'on puisse avoir sur la forme de sa contestation, force est de constater qu'en refusant et en faisant "obstruction" à un récent débat animé par A. Chabot sur France 2, V. Peillon a relancé un débat qui avait été initié par F. Bayrou lors de la campagne des présidentielles de 2007: celui des relations incestueuses entre les différents pilliers qui constituent le "pouvoir" en France: pouvoirs politique, médiatique et économique.

Il ne peut y avoir exercice pertinent de la démocratie en France si les acteurs médiatiques qui comptent sont soit absents, soit sous influence: et faute qu'on me démontre aujourd'hui le vrai pouvoir d'Internet, je ne peux que constater que le pouvoir de l'information est toujours essentiellement concentré entre 3 types d'acteurs:

- la télévision,
- les médias écrits locaux,
- les citoyens via le bouche-à-oreille.

Alors même si les voeux au Père-Noël ne sont plus d'actualité en cette fin janvier, si j'avais à en prononcer un seul il serait simple: que la TV au sens large et plus particulièrement France 3 dans le cas présent, que les médias écrits locaux se sentent concernés, sans parti pris, par les prochaines élections régionales.  Dans ces conditions, le bouche-à-oreille pourra peut-être fonctionner également, et peut-être qu'enfin nos concitoyens se dirigeront à nouveau vers les urnes.

Publié dans Paysage politique

Commenter cet article

Françoise Boulanger 31/01/2010 19:11


Oui, c'est ce que je me disais en regardant la vidéo sur "la voix est libre" (FR3) de Jean Lassalle : lorsqu'on regarde attentivement le petit film de présentation, on voit bien que tout est déjà
orienté plutôt "contre", essayant de faire passer l'homme pour ce qu'il n'est pas. Jusqu'à cette différence de qualité d'émission d'une région à une autre; Lorsqu'on n'entend pas bien le son,
lorque la voix de l'invité est à peine audible, on est en droit de se demander si les journalistes n'auraient pas donné ainsi, de façon détournée, leurs préférences électorales à eux.
Il faudra évidemment regarder la qualité des autres interviews pour en avoir le coeur net...