Présidentielle 2012: ce n'est pas encore le temps des idées

Publié le par JF le démocrate

On peut se demander s'il est normal à ce jour de ne pouvoir lire aucun programme politique concret pour l'échéance de 2012, hors une succession de lieux communs, voire de phrases toutes faites qui juxtaposées ne forment que des inepties.

 

On peut apprécier qu'un blogueur comme l'Hérétique, qui a beaucoup de choses à dire sur l'Education Nationale, s'énerve de constater qu'aujourd'hui le programme du MoDem pour ce qui concerne l'Education Nationale soit réduit à ces phrases:

 

"Nous appelons à une évolution progressive de l’Education nationale. Trop d’importance est aujourd'hui attachée aux contenus, trop peu à l’élève destiné à les recevoir. La pédagogie doit être renforcée et non pas de plus en plus absente de la formation des enseignants. Nous estimons que nous ne pouvons plus concevoir l’enseignement comme la rencontre d’un professeur avec une classe recevant un cours magistral. Nous considérons l’apprentissage comme une relation nécessaire entre l’éducateur et l’élève. Une vision des choses, non pas nouvelle, mais à laquelle il nous semble important de redonner sens. C’est ainsi que nous pourrons espérer une éducation qui n’instille pas la concurrence, le classement et la division entre bons et mauvais, mais une éducation de la coopération, de la solidarité, une édu- cation à la paix."

 

Vous aussi, vous trouvez ça creux et sans intérêt? C'est normal, car c'est effectivement creux et sans intérêt... Il s'agit juste d'un trop plein de bons sentiments dont émane seulement une impression de temps perdu pour celles et ceux qui l'ont concocté.

 

Car tout est affaire de temps. Et le temps n'est pas aujourd'hui à celui des programmes. Le temps des programmes, ce sera à partir de janvier 2012, pas avant. Il y a des raisons simples à cela et je pense que tout être à l'encéphalogramme non plat peut aisément comprendre pourquoi. Imaginez en effet que vous vouliez gagner une grosse affaire commerciale, avec d'autres compétiteurs à la clé. Quels seraient vos contraintes?

 

- cacher votre copie en premier lieu,

- essayer de tout savoir sur la copie des autres, pour mieux contrer leurs idées.

 

Cacher la copie signifie naturellement élaborer en amont ce programme avec un effectif très réduit, des gens à qui l'on peut faire totalement confiance, des gens qui ne vous trahiront pas le moment venu pour donner à d'autres des informations que vous ne souhaitez pas diffuser trop en avance. Ce qui exclut de facto que 3.000 personnes participent à l'élaboration d'un programme politique! Cela est tout bonnement impossible et montre les limites du participatif, même s'il y aurait bien d'autres arguments pour abattre cet argument du participatif...

 

Le programme de l'UMP pour les Présidentielles est inconnu à ce jour, tout comme le programme du PS ou celui du MoDem. Il n'y a rien d'étonnant à cela. La campagne "idées contre idées" ne démarrera qu'à partir de janvier 2012 au plus tôt. Et pas avant.

 

Pour l'instant, nous sommes dans le temps des rapprochements, de l'affichage de simples valeurs, voire de choses carrément dégueulasses. C'est dommage, lamentable même, de passer par cette dernière case (les coups dégueulasses) mais la présidentielle de 2012 s'annonce comme une authentique boucherie. Plus que jamais peut-être, nous verrons coup bas sur coup bas. De tous côtés. Il faudra nous y habituer au moins jusqu'au début de l'année prochaine. En espérant qu'ensuite ce sera idée contre idée...

Publié dans Mouvement Démocrate

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JF le démocrate 11/07/2011 21:36



Pour d'autres commentaires, voir ce billet sur le site lesdemocrates.fr.



JF le démocrate 11/07/2011 21:32



@ Françoise


Pour continuer dans cette comparaison avec le gain d'affaires commerciales, n'oublions-pas que nous ne sommes qu'en phase d'appel d'offres! "Le contrat" n'est pas encore signé.


Sarkozy a voulu faire du Bayrou en 2007 (sur le seul aspect de l'ouverture, parce que sur la maîtrise de la dette je ne suis pas sûr qu'il ait fait exactement du Bayrou...), et effectivement il
s'est planté. Et il lui a fallu au moins deux ans pour se rendre compte qu'il y avait un vrai problème de dette, 4 ans pour se rendre compte de l'absurdité du bouclier fiscal. Mais en attendant,
c'est lui qui a remporté le contrat en 2007...


Si on veut pouvoir mettre en pratique ses idées, il faut avant tout gagner. A ce titre, Sarkozy est un authentique compétiteur. Pourquoi a t-il gagné en 2007? Parce qu'il a su faire bouger les
lignes continuellement durant la dernière ligne droite notamment, avec sans cesse des nouveautés (dont le fâmeux ministère de l'immigration et de l'identité nationale). Et Ségolène Royal a
répondu quoi? Des drapeaux tricolores accrochés aux fenêtres...


Imagine si Sarkozy avait parlé de ministère de l'immigration et de l'identité nationale à 10 mois des présidentielles... Tu ne crois pas que quelqu'un aurait trouvé la parade?



Françoise Boulanger 11/07/2011 07:42



"Idées contre idées"... merci à toi, cher JF, d'avoir repris cette expression ! C'est sympa.


Tu as pointé le doigt sur la vérité bien sûr : tout le monde est en attente, sauf peut-être le FN cité par L'hérétique.


Cependant c'est là où je ne suis pas vraiment d'accord avec cette façon de procéder. Au contraire, il me semble qu'il faut annoncer à l'avance ce que l'on va faire. Y compris la manière de le
faire. L'annoncer trop à l'avance semble dangereux pour le risque de plagiat mais on l'a bien vu avec la gouvernance de Nicolas Sarkozy qui a essayé de s'inspirer de François Bayrou au début de
son mandat ; la copie ne vaudra jamais l'original en qualité !


Une copie ne saura jamais utiliser les bons ingrédients dans le bon ordre et dans les bonnes proportions !


Celui qui ne sait que produire du court terme sans prévoir le long terme ne génère que du toc. Du vent. Personnellemnt je préfère annoncer ce que je vais faire et expliquer
ensuite en toute simplicité pourquoi il a pu y avoir un retard, une impossibilité à concrétiser sur certaines étapes. Là au moins tout le monde sait pour quoi et surtout pour qui il s'est engagé.