Une affaire d'Etat?

Publié le par JF le démocrate

On vient d'apprendre après près d'un an de dénégations de la part de nos principaux ministres ou cadors de l'UMP (je vous recommande cet article croustillant du quotidien le Monde), que la DCRI a effectivement demandé à l'opérateur Orange des listings détaillés des appels téléphoniques d'un journaliste du Monde, G. Davet.

 

Ce n'est pas moi qui le dis, ce n'est ni plus ni moins que C. Guéant, ancien secrétaire général du château et actuel ministre de l'Intérieur qui le reconnaît. Qui tente même vaguement de le justifier, alors que ces pratiques sont totalement illégales, en affirmant que ce qui est "scandaleux" c'est qu'un haut-fonctionnaire du ministère de la Justice ait pu transmettre des informations à un journaliste sur l'instruction de l'affaire "Woerth-Bettencourt".

 

Vous êtes totalement à côté de la plaque Monsieur Guéant, permettez-moi de vous le dire... Si la fin peut justifier les moyens en temps de guerre, lorsque notre territoire est menacé, la fin ne justifie jamais les moyens en temps de paix. La loi tout court et non pas la loi martiale doit s'appliquer, même quand un ministre est mis en difficulté dans une "affaire". C'est ce qui fait toute la différence entre un vrai régime démocratique et ce qu'on a pris l'habitude d'appeler une "République bananière".

 

Quand l'exécutif a trop de pouvoir, comme c'est le cas dans ce régime étrange, à la fois semi-présidentiel et semi-parlementaire, qui fait notre Vème République, la tentation du pouvoir absolu devient forcément très forte. C'est pourquoi il est plus que temps de passer non pas à une "République irréprochable", telle que l'entonnait le refrain du candidat Sarkozy en 2007, mais à une VIème République assurant pouvoirs et contre-pouvoirs. Les médias font partie de ces contre-pouvoirs nécessaires au fonctionnement d'une vraie démocratie, et en ce sens oui, ce qui vient de nous être confirmé par C. Guéant constitue une authentique affaire d'Etat.

 

Des affaires d'Etat, on en a connu pléthorre depuis 1958. Ecoutes téléphoniques, barbouzeries en tout genre; certains n'oublieront sans doute jamais que c'est sous le régime de F. Mitterrand qu'on en a - officiellement du moins - peut-être recensées le plus... Mais le passé ne peut constituer une excuse à ce qui est inacceptable et à ce qu'il faut changer à n'importe quel prix dans le présent et dans le futur. C'est un des grands défis, si ce n'est le plus grand, qui s'annonce pour tous les partis politiques en vue des élections de 2012.

 

A qui faire confiance pour ce faire? A Nicolas Sarkozy? Ce dernier commence à être englué dans toutes sortes d'affaires où officiellement il n'a jamais joué aucun rôle, telles que Karachi, l'affaire Tapie, l'affaire Bettencourt, l'affaire Wildenstein, sans compter ce que vient de révéler un bouquin que je crois vous aurez tous identifié et dont je ne tiens pas à parler parce qu'il rapporte 27 témoignages, parfois effrayants, mais non vérifiables sur l'instant. Mais tout ceci constitue un tel faisceau de présomptions, alors que la côte de popularité de notre Président de la République est au plus bas, qu'il est quasiment inconcevable d'imaginer que N. Sarkozy ne passe pas la main à quelqu'un d'autre pour représenter l'UMP en 2012. Et pourtant il semble qu'il s'accroche bec et ongles à une fonction présidentielle qu'il ne veut pas lâcher... Ce qui semble pour le moins étrange vu de l'extérieur du château.

 

Au PS? Ce sont tous les "enfants" de Mitterrand. Ils ont tous "grandi" dans sa façon de faire, dans ses méthodes.

 

A Borloo? Le copain et ancien avocat de Tapie? Rien que de ce fait, il est définitivement plombé...

 

A Bayrou? On ne lui a pas encore trouvé de casseroles à ce qu'il me semble, pourtant je suis persuadé qu'on a bien cherché...

 

A Eva Joly? Idem Bayrou. Trouver une casserole à E. Joly ne sera pas simple. Son seul problème, c'est qu'hormis sa probité que personne je crois n'oserait remettre en cause, on peut douter de sa crédibilité à gérer un état.

 

A M. Le Pen? Sortie de l'euro, protectionnisme et tout ce qui s'ensuit ne me semblent pas constituer un programme pour notre pays, mais juste une posture.

 

Alors, ... à vous de voir. Moi, j'ai déjà vu et je sais pour qui je voterai en 2012.

Publié dans Paysage politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JF le démocrate 06/09/2011 00:43



@ Mirabelle


Je n'ai jamais écrit que je voterai pour Bayrou en 2012, ... même si tout le laissait à penser. S'il se confirme qu'il a bel et bien fait alliance avec Sarkozy, c'est on ne peut plus clair: plus
jamais il n'aura mon vote.



JF le démocrate 05/09/2011 00:03



@ Mirabelle et Christian


J'ai beaucoup apprécié cette lecture: plume assez fine et très drôle (C. Lepage à plus de 8%, il fallait y penser!)



Mirabelle 03/09/2011 18:30



hé bien écoute, c'est simple, je vais le mettre sur mon blog ... 



Ch. Romain 03/09/2011 17:16



C'est un plaisir : je m'étais beaucoup amusé aussi. J'ai promis à l'auteur d'aider à faire connaître son texte, donc n'hésite pas à le diffuser autour de toi !


Amitiés,



Mirabelle 03/09/2011 16:37



Merci Christian pour cette lecture qui a ensoleillé mon samedi ...