Peut-on réformer la France?

Publié le par JF le démocrate

A chaque mesure envisagée, ses contestataires voire ses "gueulards"...

 

Aux dernières nouvelles, le gouvernement s'apprête à faire marche arrière sur la taxation à 60% des plus-values de cession d'entreprises. Ce n'est pas tant cette marche arrière qui me gêne, car 60% c'est en soi énorme, que le nom de certains millionnaires qui se sont fait fortement entendre sur ce dossier: Pierre Kosciusko-Morizet (le petit frère de NKM), Charles Beigbeder ou encore Marc Simoncini. Tous ont en commun d'avoir fait fortune grâce à l'Internet que ce soit avec PriceMinister, Selftrade, Poweo ou autre Meetic. Bref, des sites web qui ont besoin de relativement peu d'employés pour fonctionner. On est quand même très loin des entreprises de la sidérurgie ou du secteur automobile...

 

Tous ont en commun aussi de vendre ou d'investir dans des entreprises comme certains achètent ou vendent des petits pains. Prenons l'exemple de Charles Beigbeder. Son intuition la plus géniale aura été de vendre son site de courtage en ligne Selftrade avant l'explosion de la bulle financière, engrangeant ainsi ... beaucoup beaucoup d'argent... Quand un site internet vaut plusieurs centaines de millions d'euros, quelque part ça me gêne. Quand on vend tout sitôt une introduction en bourse réussie, ça me gêne encore plus. A vrai dire, c'est tout ce business articulé autour d'internet qui me gêne, car il crée très peu d'emplois, mais en cas de succès permet de démultiplier le capital investi au point de faire pâlir d'envie le meilleur des traders.

 

Au-delà de ça, si on touche aux "assistés", les "assistés" sont dans la rue.

Si on touche aux petits revenus, les petits revenus sont dans la rue.

Si on touche aux classes moyennes, les classes moyennes sont dans la rue.

Si on touche au budget de l'Etat, les fonctionnaires sont dans la rue.

Si on touche aux gens qui gagnent plus de 1 million d'euros par an, les gens qui gagnent plus d'un million d'euros sont dans la rue à Matignon et à l'Elysée.

Si on touche aux entrepreneurs financiers qui veulent faire 200 millions d'euros avec un site web, alors ils manifestent sur internet...

 

Je vous le demande, peut-on vraiment réformer notre pays avec des mentalités pareilles?

Publié dans Paysage politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JF le démocrate 05/10/2012 23:44


@ Le Parisien Libéral


Effectivement, il y a sûrement beaucoup à "gratter" sur les agences étatiques et les collectivités territoriales. MAIS:


- mécaniquement, ça va accroître le chômage,


- les fonctionnaires seront dans la rue


Inréformable, je te le dis...

Le Parisien Libéral 05/10/2012 11:11


peut etre que la réforme passe par la baisse de la dépense publique ?